Cholestérol remet les pendules à l’heure. 1ière partie

Cholestérol

Bonjour. Je suis cholestérol et j’ai une très mauvaise réputation. Et pourtant je suis innocent de ce qu’on m’accuse. Je ne cause pas de maladies cardiaques; je ne suis pas un mouton noir. Je suis naturellement présent dans votre corps. Lorsque vous me mangez vous ne nuisez pas à votre corps et à votre cerveau. Lorsque vous prenez des médicaments pour me diminuer, alors oui, vous vous nuisez.

Pas mal pour un début! Je vous dois des explications. Chaque jour, nos propres cellules fabriquent 1000 mg de cholestérol. Beaucoup plus que ce que nous consommons: 250 à 300 mg. Je suis un composant vital de chacune des 100 000 milliards de cellules de votre organisme car je joue un rôle fondamental dans les membranes cellulaires. Je permets leur stabilité et je sers d’ancrage aux protéines qui sont fichées dans la membrane (radeaux cellulaires).

Votre cerveau est mon organe de choix car 25 % de ma quantité totale y est présent. Particulièrement dans la myéline. S’il y a une place où les membranes sont actives, c’est bien là. Je suis aussi le précurseur des acides biliaires et d’hormones; je contribue donc au bon fonctionnement du système digestif.

Je suis présent dans votre alimentation mais cela ne contribue qu’à 20% à mon niveau sanguin. C’est votre foie qui me retire de votre corps et son habileté à le faire dépend de votre hérédité. Vous pouvez consommer de la viande rouge, du gras animal, du beurre, des oeufs, du lait entier, du bacon, des saucisses et du fromage, cela n’aura pas d’effet sur mon niveau sanguin.

Ça dérange hein? Et ce n’est pas tout. Après 60 ans de recherches, il n’y a pas de corrélation démontrée entre un cholestérol sanguin haut et la maladie cardiaque. L’atteinte des artères coronaires du coeur est un problème  qui a plusieurs causes incluant le stress, les infections, l’homocystéine et les dommages causés par les radicaux libres.

De plus, d’autres facteurs contributifs influencent la susceptibilité comme l’histoire familiale, l’âge, le sexe, l’activité physique, l’obésité, les hormones sexuelles, le diabète, l’hypertension, la consommation d’alcool et le fait de fumer.

On a aussi dit qu’une partie de moi à l’intérieur du corps humain est bonne et une autre partie mauvaise. Ma partie bonne est le HDL (High Density Lipoproteins); celle-ci protège mon système cardiovasculaire contre les infarctus et les accidents vasculaires cérébraux (AVC). Ma partie dite mauvaise est le LDL (Low Density Lipoproteins). En fait, les grosses particules LDL sont protectrices et les petites particules LDL peuvent potentiellement être néfastes pour la santé.

Ce sont elles qui se retrouvent dans la paroi des artères pour former des plaques d’athérome (athérosclérose) mais, toujours en second lieu, après une réaction inflammatoire localisée (fibres, fibroblastes, globules blancs, cellules musculaires lisses, plaquettes, fibrine, calcium, fer…). Et les petites particules LDL ne représentent que 10% du contenu des plaques.

Enfin j’ai un autre rôle: je préserve du cancer. Une étude a été menée en Norvège, en Suède et en Autriche sur près de 300 000 hommes et près de 300 000 femmes. Les hommes avec le cholestérol le plus élevé avaient une réduction de 86% des cancers du foie et des voies biliaires, de 48% des cancers du pancréas, de 33% des cancers de peau et de 32% de leucémies et de lymphomes.

Les femmes avec le cholestérol le plus élevé (quintile supérieur) avaient une réduction de tous les cancers de 14%, de la vésicule biliaire de 77%, du sein de 30%, de mélanomes de 39% et de leucémies et de lymphomes de 39%.

Dans un prochain billet je vais vous révéler ce qui peut vous arriver lorsque je suis bas ou lorsque vous prenez un médicament pour me diminuer. Réfléchissons, méditons, partageons la santecorazon.quebec.

Billet # 44

J'aime et je partage ce billet sur

2 réflexions sur « Cholestérol remet les pendules à l’heure. 1ière partie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *