Bio ou pas bio?

biologiques

Les raisons avancées pour manger des aliments biologiques sont de réduire notre consommation de pesticides, d’éviter les organismes génétiquement modifiés (OGM) et de contribuer à diminuer l’empreinte environnementale. Cependant, le motif principal des consommateurs d’aliments bio est la qualité nutritive de la nourriture.

Ce n’est pas l’avis du Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal et de la Food Standards Agency du Royaume Uni; cette dernière a analysé 46 études et les journaux ont titrés «La nourriture bio n’est pas plus santé».

Le Dr. Carlo Leifert, professeur d’agriculture écologique à l’Université Newcastle, a refait une méta-analyse de 343 études revues par les pairs; 31 instituts universitaires et de recherche ont été impliqués et le financement a été donné par l’Union Européenne.

Le Dr. Leifert a étudié “la qualité nutritive des aliments bio par rapport aux conventionnels. Il a révélé des niveaux de nutriments plus élevés dans les aliments bio et, dans certains cas, une teneur en plusieurs antioxydants clés jusqu’à 60% plus élevée que dans les aliments de culture conventionnelle.” (Tanmayo Krupanszky, New Roots Herbal, vol #4, mai/juin 2017).

Cette étude, parue dans le British Journal of Nutrition, révèle de plus faibles résidus de pesticides, une activité antioxydante accrue de 20% en moyenne et moins de résidus de cadmium et de nickel. Dans les cultures bio, la fertilisation est faite par le fumier et non pas par de l’engrais d’azote classique (10 à 100 fois plus de cadmium).

Les niveaux d’acides gras oméga-3, d’acides linoléiques conjugués et de vitamine E sont plus importants dans le lait bio. Il en est de même pour la viande bio (acides gras oméga-3 à chaîne longues et vitamine E). La raison en est l’alimentation du bétail aux fourrages (herbe, trèfle, ensilage, foin).

Les travailleurs du secteur bio ont des spermatozoïdes plus nombreux et plus actifs (absence de pesticides). Les enfants mangeant du bio ont un risque diminué d’allergie et d’eczéma; les souris ont moins d’eczéma (oméga-3). Manger bio entraîne un risque moins élevé d’obésité et de surpoids, de lymphome non-Hodgkinien, de pré-éclampsie chez la femme enceinte et d’hypospadias chez le bébé garçon (T. Krupanszky).

Soulignons que les aliments bio sont préférés par les rats, les lapins et les poules de laboratoire. Laure Waridel, cofondatrice d’Équiterre propose le concept les 3N-J, c’est-à-dire NU, NON-LOIN, NATUREL et JUSTE. Le NU vise à réduire les emballages et la surconsommation; le NON-LOIN privilégie les produits locaux; le NATUREL favorise les aliments certifiés biologiques; le JUSTE mousse le commerce équitable (café, chocolat, riz, thé, sucre, cacao, bananes, mangues, épices).

Dans les aliments conventionnels, les fruits et les légumes ayant le plus de résidus de pesticides sont les suivants: pommes, pêches, nectarines, fraises, raisins, céleri, épinards, poivrons, concombres, tomates cerise, pois mange-tout et pommes de terre (Environmental Working Group, 2015).

Les logos BIO Québec et Biologique Canada signifient qu’au moins 95% des ingrédients du produit sont biologiques. Les logos Aliments BIO du Québec et Aliments BIO préparés au Québec assurent que le produit contient 70% ou plus d’ingrédients biologiques.

Réfléchissons, méditons, partageons la santecorazon.quebec.

Billet # 104

J'aime et je partage ce billet sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *