La douleur et les points gâchette

douleur

Lorsque nous avons des douleurs, les points gâchette peuvent en être la cause. Nommés trigger points en anglais, ils sont traduits en français par noeuds musculaires, points gâchette ou points détente. Ils ont d’abord été décrit en 1957 aux États-Unis par les médecins J. G. Travel et D. G. Simons.

Il s’agit de petites zones musculaires qui génèrent et reçoivent de petits courants électriques. «Ce sont des zones de contracture musculaire situées au coeur du muscle pouvant déclencher des douleurs sur la zone de contracture mais également …à distance» (J. Moreno, ostéopathe, Le journal de la médecine anti-âge, décembre 2018).

«Le muscle est composé de sarcomères, des structures microscopiques qui agissent comme des pompes permettant la bonne circulation sanguine dans les fibres musculaires. Selon la théorie du Dr Travell, lorsqu’un point trigger est présent, les sarcomères situés dans ce point sont constamment contractés, il s’ensuit un appauvrissement de l’apport en oxygène dans la zone et une accumulation des déchets métaboliques (ex : acide lactique)» (https://www.amelie-sternis.com/../points-gâchettes-et-auto-massage).

Les points gâchette apparaissent suite à un accident, une chute, une blessure sportive, une mauvaise posture, des mouvements répétitifs, une opération chirurgicale, une maladie, un stress psychologique, une carence alimentaire ou un débalancement hormonal. Ils sont des points latents. Les points actifs causent des douleurs chroniques, entraînent une réduction de la mobilité et nous pénalisent dans toutes nos activités.

Les points gâchette provoquent des douleurs à distance, vers les extrémités du corps. Un noeud dans la fesse se manifestera dans la jambe, dans l’épaule fera mal dans le bras et dans le cou provoquera une céphalée. Les points gâchette suscitent un déséquilibre musculaire entraînant lombalgie, sciatique, épicondylite, syndrome du tunnel carpien, douleur cervicale, céphalée, faiblesse des articulations ou encore nausées et vomissements.

Peuvent nous soulager le médecin, le chiropraticien, l’ostéopathe, le massothérapeute, le kinésithérapeute ou bien l’acupuncteur. «70 % des trigger points se situent sur les méridiens d’acupuncture chinois, les fameux points que le thérapeute de médecine chinoise stimule avec des aiguilles» (Christophe Carrio, Un corps sans douleur).

Cependant, nous pouvons nous débrouiller nous-même avec un bâton de massage, un rouleau de massage ou une balle de tennis. «Vous placez la balle entre le mur et le point douloureux, vous écartez vos pieds du mur d’une cinquantaine de centimètres, et vous vous appuyez sur la balle. Sous le poids de votre corps, la balle va rentrer dans la partie tissulaire et musculaire. En la faisant rouler sur la zone, vous allez masser le muscle et stimuler la circulation du sang. Puis, en maintenant la pression sur le trigger point, vous allez forcer le muscle à se détendre, à se décongestionner pour faire disparaître l’ischémie localisée» (Julien Moreno, Le journal de la médecine anti-âge, décembre 2018).

Réfléchissons, méditons, partageons la santecorazon.quebec.

Billet # 177

J'aime et je partage ce billet sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *