L’accumulation toxique de l’aluminium

aluminium

L’aluminium «est le métal le plus abondant de l’écorce terrestre et le troisième élément le plus abondant après l’oxygène et le silicium» (Wikipédia). Il n’est pas un oligo-élément mais bien un contaminant croissant autant dans l’environnement que dans l’alimentation.

Ce billet s’inspire de La lettre alternatif bien-être du 9 mars 2020 et écrite par Rodolphe Bacquet, son rédacteur en chef. L’aluminium est présent dans des objets manufacturés, des boissons, des cosmétiques et dans plusieurs médicaments. Et pourtant, il n’a aucun rôle essentiel chez les êtres vivants sur la planète. Et son accumulation est toxique.

Différents chercheurs ont trouvé des taux très élevés d’aluminium dans les tissus cérébraux de personnes décédées d’Alzheimer (A. Mirza, Journal of Trace Elements in Medicine and Biology, 2017). Il en est de même pour des personnes atteintes du trouble du spectre de l’autisme (M. Mold, Journal of Trace Elements in Medicine and Biology, 2018).

Plus de 200 réactions biologiques importantes, notamment l’expression des gènes, le fonctionnement adéquat des neurotransmetteurs et les réponses inflammatoires, sont touchées par l’aluminium (E. Inan-Eroglu, Journal of Research in Medical Sciences, 2018).

Il y a un lien entre le cancer du sein et la présence d’aluminium dans le sein. La quantité à l’aisselle est plus importante. Cela suggère un lien avec l’usage d’anti-transpirants à base d’aluminium (C. Exley, Journal of inorganic Biochemistry, 2007).

À ce stade, il faut éviter le plus possible l’exposition à l’aluminium.

Il est présent dans des cosmétiques (anti-transpirants, crèmes solaires), et certains médicaments (aspirine, antiacides, anti-diarrhéiques. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la valeur recommandée de l’aluminium dans l’eau du robinet est de 0.2 mg par litre.

«À votre domicile, l’aluminium se trouve dans les ustensiles de cuisine, comme les poêles et les casseroles en téflon, les emballages de nourriture et de boissons comme les canettes, mais aussi le carton et les bouteilles d’eau. Et bien sûr, dans les “rouleaux de papier alu”» (R. Bacquet, ibid.). À l’inoxydable et au téflon, il faut préférer le cuivre ou la céramique. Au papier d’aluminium, il faut choisir le papier parchemin. Pour le storage, les bocaux en verre doivent être favorisés.

À cause des additifs et des colorants, 95 % de notre contamination origine de notre nourriture notamment les produits transformés et/ou surgelés comme le pain, les gâteaux et les pizza préparées (S. M. Saiyed, Food Additives and Contaminants, 2005). Sans oublier le chocolat et certains sachets de thé.

«L’autorité européenne de sécurité alimentaire a fixé le seuil de non-toxicité à 1 mg d’aluminium par kg de poids corporel par semaine… Eh bien, figurez-vous que cette dose est dépassée chez la plupart des Européens» d’environ du double» (R. Bacquet, ibid.) (F. Aguilar,European Food Safety Authority Journal, 2007).

Billet # 243

J'aime et je partage ce billet sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *