Le phénoménal cannabidiol

cannabidiol

Le cannabidiol (CBD) est à l’aube d’une révolution. Une vague qui va se propager mondialement. Il n’est pas une drogue; il n’a pas d’effets psychotropes comme le tétrahydrocannabinol (THC) même s’il est produit lui aussi à partir du cannabis. Il est un complément alimentaire (phytocannabinoïde) et il est produit naturellement dans notre corps (endocannabinoïde).

Tristan Péloquin, journaliste à La Presse rapporte dans l’édition du 25 novembre 2018 le propos du dr Yves Robert, directeur général du Collège des médecins : «On ne peut pas nier que le CBD puisse avoir un certain effet. La question est de savoir s’il est meilleur qu’un autre médicament. On est quelque part entre la science et la foi».

Bethany Gomez, chercheure spécialiste du cannabis médical et du CBD pour le groupe Brightfield déclare «Le corpus de recherche le concernant est toujours en train de se développer, mais le bouche-à-oreille est ce qui alimente l’engouement (Armina Ligaya, La Presse Canadienne, 30 septembre 2018).

Une base de données de recherche aux États-Unis (PubMed) a répertorié dès 2013 plus de 1 500 études du CBD. «Pas moins de 47 études cliniques recensant l’effet du CBD sur l’humain sont en cours de recrutement ou en train d’être réalisées, dont une quinzaine au Canada, indique le site de l’US National Library of Medicine» (id. La Presse).

Pourquoi le CBD est-il actuellement peu connu ? Pour trois raisons. D’abord par ignorance, puis parce qu’il a mauvaise réputation originant du cannabis sativa et enfin parce qu’il est en compétition avec de nombreux médicaments des compagnies pharmaceutiques.

«”La littérature scientifique parle de propriétés anxiolytiques, anti-inflammatoires, analgésiques, antinauséeuses, antivomitives, antiépileptiques, antipsychotiques, anticancéreuses et neuroprotectrices”, énumère le pharmacien Mohamed Ben Amar, auteur du livre Le cannabis, pharmacologie et toxicologie, publié par le Centre québécois de lutte aux dépendances et l’Université de Montréal» (id. La Presse).

«Dans l’organisme, le CBD joue le rôle de catalyseur. Il optimise la réponse naturelle à la douleur, mais aussi aux angoisses et à l’anxiété. Comprenons-nous bien : le CBD n’élimine ou n’empêche pas la douleur et l’anxiété, mais il agit sur le système nerveux pour réduire l’impact de l’un et de l’autre» (https://www.cbdcorner.fr/).

En janvier 2018, le CBD a été retiré de la liste des substances interdites de l’Agence mondiale antidopage (AMA). De nombreux athlètes, en particulier au basketball, dans les sports de combat ou d’endurance en prennent pour combattre l’inflammation et gérer la douleur et la récupération.

Le Professeur français Michel Reynaud affirme : «Ceux qui ont essayé le CBD contre la douleur ne prennent plus jamais d’antalgiques “classiques”» (Benoît Dauriac, Lettre Nutri-Santé, 15 mars 2019). Et dans cette même lettre nous retrouvons ceci :«”Le CBD pourrait être efficace dans le traitement de cinq syndromes considérés actuellement comme incurables : épilepsie persistante, tumeurs au cerveau, maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer et traumatisme crânien” (Frontiers in Integrative Neuroscience)».

Réfléchissons, méditons, partageons la santecorazon.quebec.

Billet # 190

J'aime et je partage ce billet sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *