Le rutabaga revient en force

rutabaga

«Le rutabaga, encore appelé navet jaune au Canada, chou-navet, chou de Siam, chou suédois, est un légume racine appartenant à la famille des brassicacées, comme le navet, le radis…» (Wikipédia).

C’est une plante fourragère ou potagère. Le rutabaga est apparu en Scandinavie à la fin du Moyen-Âge. Il s’est étendu par la suite en Europe. Aujourd’hui, il est cultivé dans les potagers et en agriculture biologique et biodynamique. Au Canada, il a été un des légumes de base, avec les pommes de terre et les carottes.

La chair du rutabaga est ferme, de couleur orangée et légèrement sucrée. C’est un légume apprécié pour la finesse de sa chair, particulièrement par les chefs. En comparaison, la chair du navet est blanche et souvent plus amère.

Les meilleurs rutabagas sont bien ronds, sans taches ou meurtrissures. Ceux qui sont petits ou moyens sont moins filandreux que les gros. Ils se conservent deux à trois mois dans un cellier ou une chambre froide à la température de 1 0C.

Il est riche en fibres, notamment en fibres insolubles, excellentes pour le transit intestinal. Il est aussi riche en potassium, ce qui le rend naturellement diurétique. Il est donc bénéfique contre l’hypertension artérielle et l’insuffisance cardiaque.

Il est l’un des légumes les plus riches en vitamine C. Celle-ci agit  comme antioxydant et joue un rôle dans notre santé immunitaire, la synthèse du collagène, l’absorption du fer, le système nerveux, l’énergie et la fatigue.

Il contient aussi les vitamines B1, B6, B9 et E. Cette dernière préserve nos cellules. Les autres minéraux sont le phosphore, le magnésium, le manganèse et le cuivre. De plus, il renferme des glucosinolates qui sont des composés aux vertus anticancer.

Il agit contre les cancers du côlon, de l’estomac, de l’oesophage, du pharynx et du larynx car il est riche en antioxydants et en fibres (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26269366).

Rodolphe Bacquet, rédacteur en chef du mensuel Alternatif Bien-Être écrit le 28 février 2020 : «Le rutabaga est extrêmement facile à cuisiner, en soupe, en purée. Pour ma part, je les fais facilement à la vapeur et ils agrémentent mes plats au même titre que les carottes et les patates douces».

Billet # 239

J'aime et je partage ce billet sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *