Les huiles essentielles contre les virus

huiles essentielles

Les huiles essentielles (HE), médecine du futur, sont à l’ordre du jour maintenant. Luc Maisonneuve dans la lettre Alternative Santé du 2 novembre 2015 écrivait : «Il apparaît désormais que les remèdes naturels les plus efficaces en cas d’infection virale sont les huiles essentielles. Certaines d’entre elles possèdent en effet de puissants effets virucides car elles sont extrêmement réactives. Cette vertu impose qu’elles soient maniées avec précaution et parcimonie».

Plusieurs laboratoire de recherche dans le monde étudient ce domaine. Passeport Santé a publié le 21 mars 2020 «10 huiles essentielles qui luttent contre les virus». Le présent billet s’en inspire. Voici donc cette sélection :

  • L’HE de ravintsara (Cinnamomum camphora). Elle vient du camphrier. C’est L’HE antivirale par excellence et la plus polyvalente. Elle est immunostimulante car elle stimule les glandes surrénales pour la réponse immunitaire. Son spectre d’action est très large contre les bactéries, ce qui limite les risques de surinfection. Elle peut être utilisée en diffusion dans l’atmosphère, en inhalation, par voie cutanée ou orale. Elle n’est pas irritante pour la peau ou les voies respiratoires. Elle n’est pas dermocaustique à l’état pur. Elle n’est pas photosensibilisante ou neurotoxique. Elle est utilisable par tout le monde sauf les femmes enceintes de moins de trois mois et les nourrissons de moins de trois mois. Les personnes asthmatiques ou épileptiques doivent demander un avis médical. Pour éliminer les allergies, il est bon de faire un test : deux gouttes au pli du coude et observation pendant 24 heures.
  • L’HE de cannelle (cinnamomum verum). Elle est efficace à très large spectre contre les bactéries, les virus, les champignons et les parasites internes et externes. Elle est réservée aux adolescents et aux adultes. Il est préférable de faire le test d’allergie. Elle est employée en diffusion et par voie orale, diluée impérativement à 10 %.
  • L’HE de citron (citrus limonum). Elle a des propriétés antibactériennes et antivirales. Les femmes enceintes de moins de trois mois et les enfants de moins de trois ans doivent l’éviter.Elle est irritante pour la peau et photosensibilisante. Elle s’utilise principalement en diffusion atmosphérique.
  • L’HE d’eucalyptus radié (eucalyptus radiata). Elle est immunostimulante, antibactérienne et antivirale. Elle est efficace chez tout le monde mais il faut l’éviter chez les femmes enceintes de moins de trois mois et les nourrissons de moins de trois mois. Elle est permise pour toutes les voies d’administration. Elle provoque une irritation de la peau et doit être diluée en application cutanée.
  • L’HE de clou de girofle (eugenia caryophyllus). Elle est antivirale, immunostimulante et antibactérienne. Elle n’est pas recommandée pour les femmes enceintes et allaitantes de même que les enfants de moins de six ans. Par voie cutanée ou en inhalation, elle doit être diluée car elle est irritante pour la peau et les voies respiratoires. Elle est déconseillée chez ceux qui prennent des anticoagulants et chez les hypertendus. Elle peut être allergisante.
  • L’HE de laurier noble (laurus nobilis). Elle est antivirale et antibactérienne. Elle est réservée aux adolescents et aux adultes. Elle s’emploie en diffusion et diluée en application cutanée. Si la personne a de l’asthme ou de l’épilepsie, il faut demander un avis médical. Elle peut être allergisante.
  • L’HE de lavande vraie (lavendula officinalis). Elle est antivirale, immunostimulante et antibactérienne. Elle est très bien tolérée. Les femmes enceintes de moins de trois mois et les nourrissons de moins de trois mois devraient l’éviter. Si la personne a de l’asthme ou de l’hypotension, un avis médical est à demander.
  • L’HE de l’arbre à thé (tea tree) (melaleuca alternifolia). Elle est antivirale, immunostimulante, antibactérienne et antifongique. Elle est très bien tolérée. Les femmes enceintes de moins de trois mois et les nourrissons de moins de trois mois devraient l’éviter. Toutes les voies d’utilisation sont possible. Elle peut être irritante pour la peau et les personnes souffrant d’épilepsie devraient s’en abstenir.
  • L’HE de menthe poivrée (mentha piperita). C’est une HE qui est un antiviral puissant. Elle est aussi anti-inflammatoire et antibactérienne. Elle ne peut être utilisée que chez les adolescents et les adultes. Toutes les voies d’utilisation sont possible, mais elle doit être diluée. Elle a un effet oestrogène-like et n’est pas indiquée pour les personnes épileptiques.
  • L’HE d’origan compact (origanum compactum). Elle est antivirale, antibactérienne et immunostimulante. Elle est irritante pour la peau et les voies respiratoires. Elle est réservée pour les adolescents et les adultes et ce, pour des temps très courts. Par voie cutanée ou en diffusion, elle doit être diluée au maximum à 10 %. Il faut un avis médical positif pour les asthmatiques et les épileptiques.

Soyons créatifs et innovateurs. Imaginons les travailleurs sur la ligne de front et les personnes au-dessus de 70 ans qui portent tous une épinglette dont le centre peut absorber quelques gouttes d’une HE antivirale. Avec tout ce qui est déjà fait au Québec, visualisons les effets sur la pandémie de covid-19.

Billet # 240

J'aime et je partage ce billet sur

3 réflexions sur « Les huiles essentielles contre les virus »

    1. Commentaire en espagnol que je traduis : Je l’utilise à tous les jours pour faire ma protection. Je respire mieux et ceci améliore l’atmosphère de ma maison. C’est merveilleux.

      Réponse : Félicitations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *