Les effets des aliments ultra-transformés

aliments ultra-transformé

Leonie Elizabeth avec d’autres chercheurs australiens a publié une revue de la littérature sur l’impact des aliments ultra-transformés sur la santé (Nutrients, 30 juin 2020). Aucun bénéfice n’a été trouvé et 37 études ont observées des problèmes de santé.

Les problèmes chez les enfants étaient :

  • le risque cardiométabolique
  • l’asthme.

Les risques chez les adultes étaient :

  • le surpoids, l’obésité et l’augmentation du risque cardiométabolique
  • le cancer, le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires
  • le syndrome de l’intestin irritable, la dépression et la fragilité
  • la mortalité, toutes causes confondues.

Les aliments ultra-transformés sont, par exemple, les boissons sucrées, le chocolat et les friandises, la crème glacée et les desserts surgelés, les plats préparés congelés, les steaks végétaux industriels, les soupes en sachet et les céréales de petit déjeuner. Ils ont été transformés pour améliorer leur aspect, leur conservation et leur goût. Les ingrédients utilisés sont notamment le sirop de glucose-fructose, les maltodextrines, l’huile végétale hydrogénée et les additifs comme les colorants, les exhausteurs de goût, les émulsifiants et les édulcorants.

Les effets négatifs sont expliqués par les auteurs par :

  • le profil nutritionnel pauvre des aliments ultra-transformés à cause des sucres, des graisses trans et du sel,
  • le fait qu’ils remplacent des aliments plus sains,
  • la charge glycémique élevée,
  • la difficulté à être rassasié par ces aliments, d’où la tendance à surconsommer,
  • les molécules cancérigènes par la cuisson à haute température (acrylamide),
  • une réponse inflammatoire de l’organisme à des additifs.

Jean-Claude Moubarac, professeur au département de nutrition de l’Université de Montréal, affirme : «Les aliments frais ou peu transformés, c’est ce qu’il faut privilégier. Les aliments transformés, on doit se modérer… et les ultra-transformés, les éviter ! La fonction des aliments, c’est de nous nourrir, alors que celle des produits ultra-transformés, c’est de nous faire consommer» (radio-canada.ca, 5 avril 2017).

«Les Canadiens sont les deuxièmes consommateurs d’aliments ultra-transformés au monde après les Américains. Ces aliments sont l’une des causes de l’augmentation des problèmes de santé liés à l’obésité et aux maladies connexes» (Ibid.).

Billet # 256

J'aime et je partage ce billet sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *