Souffrez-vous de SICEM ou d’EHS sans le savoir?

SICEM EHS

Avez-vous des troubles de la mémoire, de l’attention ou du sommeil, une irritabilité ou une nervosité excessive sans cause apparente, de l’angoisse, un état dépressif ou une fatigue chronique que vous ne pouvez pas expliquer?

Ou encore des difficultés respiratoires et de l’oppression thoracique sans que vous soyez asthmatique? Ressentez-vous des douleurs musculaires ou articulaires, des vertiges, des céphalées, des pertes de tonus musculaire subites ou des sensations de brûlure?

Vous vivez plusieurs de ces symptômes, vous avez consulté votre médecin qui vous a examiné et vous a fait passer des tests; il vous a  déclaré que vous n’aviez aucune anomalie ou maladie; là vous vous demandez ce que vous pouvez bien avoir.

Vous pourriez être plus sensible que la moyenne des gens aux champs électromagnétiques. La forme la plus bénigne se nomme le syndrome d’intolérance aux champs électro-magnétiques (SICEM) et la forme plus grave électro-hypersensibilité (EHS).

La gravité dépend du degré d’exposition à l’électrosmog, du type de rayonnement, de son intensité et de la tolérance des personnes. La vulnérabilité fluctue avec l’état de santé, le stress, les émotions, l’âge et les périodes plus difficiles. L’humain avec l’EHS est comme le canari dans une mine: il est le premier à réagir à la pollution, dans ce cas-ci électromagnétique.

Pensez vous être électrosensible? Vous ne seriez pas le seul. Dans la revue La Maison du 21e siècle, été 2016, André Fauteux écrit dans le supplément du magasine Maison Saine: Depuis 2000 dans les pays nordiques européens et depuis 2015 en France, l’électrohypersensibilité (EHS) est reconnue comme un handicap dont les symptômes disparaissent quand on cesse de s’exposer aux champs électromagnétiques (CEM). Elle touche plus ou moins sévèrement de 2 à 10 % de la population selon divers sondages européens.

L’Institut national de santé publique du Québec dans son rapport du 21 avril dernier affirme que l’exposition aux radiofréquences usuelles et l’apparition de symptômes n’ont pas été démontrées comme reliées. L’Académie européenne de médecine environnementale (EUROPAEM) quant à elle, se base sur les avis de 17 experts indépendants et non de chercheurs financés par l’industrie des télécommunications.

Le médecin français Dominique Belpomme donne de précieuses informations sur le diagnostic et le traitement de l’EHS (ehs-mcs.org). Des tests sanguins objectifs montrent une augmentation de l’histaminémie, de la protéine S100B, des anticorps dirigés contre les protéines de choc thermique HSP70 et HSP27 et une positivité pour les anticorps anti-O-myéline.

Le 13 août dernier, à la foire écosphère de Montréal, Paul Héroux de l’Université McGill a donné une conférence intitulée: Comment des champs électromagnétiques faibles peuvent-ils influencer la biologie et la santé? Et Dre Riina Bray du Women’s College Hospital: Soins offerts aux électrohypersensibles à l’Environmental Health Clinic de L’Ontario.

Pour terminer, la shungite est une pierre noire qui aurait un potentiel de protection contre les champs électromagnétiques (rosecristalline.com). Si vous avez une expérience avec la sphère de shungite ou la pyramide de shungite à partager, n’hésitez pas. Ceci pourrait être bénéfique pour toute votre communauté. Réfléchissons, méditons, partageons la santecorazon.quebec.

Billet # 52 

J'aime et je partage ce billet sur

Une pensée sur « Souffrez-vous de SICEM ou d’EHS sans le savoir? »

  1. J’expérimente le shungite, pour des maux de dos et il s’avère que j’ai des résultats intéressants: sommeil plus réparateur, dos plus souple au réveil, calme tout au long du jour.

    Je porte également une pierre de shungite (sous forme de bijou) quand je dois fréquenter un aéroport (présences de nombreux cellulaires, tablettes électroniques, portables, etc. et je remarque que le stress est vraiment moindre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *