Avoir quatre pattes et rendre service

chien

Ce sont des chiens ou des chats et ils peuvent rendre service de façon exceptionnelle. Ils sont utiles par leur geste, leur flair, leur ronronnement ou simplement par leur présence. Et ils peuvent même étonner la communauté scientifique.

La revue Lancet publia en avril 1989 une découverte singulière. Pendant plusieurs mois, un chien renifle avec insistance un grain de beauté en particulier chez sa maîtresse. À une reprise, il tente de mordre ce naevus pigmentaire. Celle-ci finit par aller voir un dermatologue qui l’opère pour enlever un mélanome cancérigène.

Depuis, de nombreuses recherches ont été faites. Actuellement, des chiens entraînés peuvent dépister par leur flair les cancers du sein, de la prostate, de l’intestin et des poumons. Chez les personnes diabétiques, leur chien peut détecter une crise d’hypoglycémie ou d’hyperglycémie tout juste avant qu’elle ne survienne (N. J. Rooney, Plos One, 2019). Il en est de même pour les personnes épileptiques : leur chien peut anticiper la crise d’épilepsie (A. Catala, Scientific Reports, 2019).

Un Britannique suicidaire avait préparé une corde attachée au plafond en 2017. Pendant que celui-ci était à écrire sa lettre d’adieu, son chien, pour sauver son maître, a détruit le noeud coulant (Mirror.uk).

Les chats ne sont pas en reste. Chez des étudiants stressés à la Washington State University, dix minutes de câlinage suffisent pour faire décroître le niveau de stress et de cortisol (P. Pendry, AERA Open, 2019). Par ailleurs, avoir un chat fait diminuer la tension artérielle de leur propriétaire, à tel point que le risque d’avoir une attaque cardiaque est réduit de 40 % (A. I. Qureshi, Journal of Vascular and Interventional Neurology, 2009).

La fréquence du ronronnement des chats domestiques se situe entre 25 et 50 Hz. Selon des chercheurs (E. von Muggenthaler, The Journal of the Acoustical Society of America, 2001 et S. He, Iranian Journal of Basic Medical Sciences, 2017), il s’agirait de la fréquence de guérison pour les blessures en général et plus particulièrement pour la réparation des os, des tendons et des articulations.

Le ronronnement favoriserait aussi la production de la sérotonine et de l’ocytocine (R. C. Martin-Du Pan, Revue Médicale Suisse, 2012). Pour terminer avec les chats, mentionnons qu’ils peuvent fréquemment s’étendre sur des zones délétères pour notre santé. Ils nous indiquent les noeuds Hartmann qui sont potentialisés par l’eau souterraine, l’électricité ou encore le granit ou l’ardoise en strate (géobiologie).

À Sherbrooke, Kanak est le premier chien policier au soutien des victimes d’actes criminels. Depuis 2016, il est un chien de soutien en milieu judiciaire. Cette initiative s’est étendue à d’autres corps de police, à des DPJ et à des professionnels. Les chiens de support émotionnel se retrouvent maintenant dans de nombreux milieux au Québec, au Canada, en France ou ailleurs dans le monde. Ils contribuent à diminuer l’anxiété et le stress et à améliorer le bien-être.

Billet # 226

J'aime et je partage ce billet sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *