Les acouphènes : du nouveau

acouphènes

En 2018, Dans le livre sur la santé Oui ! Oui, la Vie des Éditions Kardiosphère, un texte débutait ainsi : «Un acouphène, aussi appelé tinnitus, est une sensation auditive non liée à un son généré par une vibration d’origine extérieure à l’organisme et inaudible par l’entourage» (Wikipédia). Et il se terminait ainsi : «La démarche miracle n’est pas encore trouvée».

En 2019, coup de théâtre ! Des chercheurs du Texas et de Belgique ont prouvé que les acouphènes n’avaient pas pour origine l’oreille. (S. Vanneste, Progress in Neuro-Psychopharmacology & Biological Psychiatry, 10 janvier 2019). Dans une étude impliquant 100 personnes avec des acouphènes, 100 personnes avec des douleurs neuropathiques et 100 personnes en bonne santé, il a été démontré que les acouphènes étaient créés par des neurones.

Plus précisément, il s’agit de la partie avant du cerveau (cortex préfrontal dorsolatéral) et du cortex cingulaire (autour du corps calleux). Le mécanisme est le même que les douleurs du membre fantôme ( douleurs neuropathiques suite à une amputation).

«Il existe dans l’oreille des récepteurs sensibles à différentes fréquences. Si les récepteurs spécifiques d’une certaine fréquence sont lésés, le cerveau ne peut plus percevoir cette fréquence. Le cerveau réagit donc de manière excessive, comme s’il augmentait le volume à la recherche d’un son qu’il ne peut plus percevoir. Les zones du cerveau s’activent d’elles mêmes en créant “un son qui n’existe pas” : l’acouphène» (Florent Cavaler, Mes conseils anti-acouphènes, 1 octobre 2019).

Mais les neurones se régénèrent (neuroplasticité). Si c’est le cerveau qui créent les acouphènes, il est possible de les modifier, voire de les faire disparaître. Trois approches sont gagnantes lorsqu’elles sont réalisées ensemble : la micronutrition, les bruits roses et l’hypnose.

En alimentation, il est conseillé d’éviter, pendant un essai de trois mois, les aliments contenant des salicylates (aspirin). Ceux-ci se trouvent dans des légumes (chicorée, endives, poivrons, radis, tomates), des fruits (abricots, mûres, myrtilles, cerises, canneberges), des fruits secs (amandes, arachides), des épices (cannelle, cari) et boissons (vin, champagne).

Florent Cavaler conseille quatre micronutriments en suppléments ou dans l’alimentation. Il s’agit du zinc, présent dans les protéines animales (poissons, coquillages, viandes), de la vitamine B12, présente dans les protéines animales (abats, foie de veau, foie de volaille), du magnésium (chocolat noir, sarrasin, oléagineux) et la cystéine (ail, oignons, brocolis, choux de Bruxelles, graines, germe de blé).

La deuxième approche, c’est d’écouter les bruits roses (YouTube > bruits roses acouphènes). Le son est moins agressant que les bruits blancs, plus relaxant et plus équilibré. Le cerveau, tant qu’à lui, s’y habitue et finalement n’en tient plus compte.

Et la dernière approche est l’hypnose. Celle-ci agit directement au niveau du cortex cingulaire pour déprogrammer l’état de danger et ainsi éteindre la perception de l’acouphène (habituation).

En France, le Dr Denys Coester, anesthésiste et hypnologue, a développé le programme zéro acouphènes (enregistrements audio avec bruits roses variables et techniques d’hypnose).

Billet # 216

J'aime et je partage ce billet sur

3 réflexions sur « Les acouphènes : du nouveau »

  1. Merci pour ces explications. Je me suis intéressée à cet article parce que j’ai des acouphènes depuis presque un an. Je me suis rendu compte que des milliers de femmes ayant des implants mammaires, avaient elles aussi ce problème, parmi des dizaines d’autres, beaucoup plus graves. Depuis que j’ai fait enlever mes implants et toute la capsule qui les entouraient, mes acouphènes ont diminués de 70% à 80%, selon mon degré de fatigue. J’ai parlé à d’autres femmes qui ont vu leurs acouphènes disparaître complètement après l’explantation. Alors, je vais regarder du côté de l’alimentation, hypnose, etc. pour faire disparaître ce qu’il reste.

    1. Bonjour, essayez les traitements en ostéopathie. Si vos acouphènes sont reliés au nerf vague ces traitements pourraient peut-être vous aider comme cela m’a aidé (maintenant quasi inexistant).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *