Les effets de la gratitude

la gratitude

Les effets de la gratitude sont multiples et variés. Notre vie est allongée et nos maladies diminuées. Ce billet s’inspire d’une publication d’Antoine Harben, chroniqueur en santé (www.le-projet-e.com > lincroyable-secret-des-religieuses-pour-vivre-plus-longtemps, 7 novembre 2020).

Des chercheurs ont analysé les lettres de religieuses entre leurs 40 et 70 ans (Danner, D.D., Journal of Personality and Social Psychology, vol 80, no 5, 2001). Plus elles employaient des mots reliés à la gratitude, plus elles vivaient longtemps. En moyenne, elles surpassaient les autres de 7 ans. De plus, leurs dossiers médicaux ont révélé beaucoup moins de maladies tout au long de leur vie.

D’autres chercheurs ont prouvé que pratiquer la gratitude diminue de 23 % la production de cortisol, c’est-à-dire l’hormone du stress (https://www.lesechos.fr/weekend/perso/bien-etre-la-pratique-de-la-gratitude-a-change-ma-vie-1210485). Le taux d’ocytocine, c’est-à-dire l’hormone du bien-être, augmente ainsi que l’immunoglobuline A qui agit contre les virus. Le sommeil est aussi amélioré (Wood, A.M., Journal of psychosomatic Research, 2009).

«Une étude rapporte que des participants à qui il était demandé d’exprimer leur gratitude durant 10 semaines notaient :

  • une diminution de certains troubles physiques comme les maux de tête, les tensions musculaires, les éruptions cutanées, etc ;
  • une réduction de l’inflammation chez des personnes souffrant de maladies cardiaques ;
  • une baisse de la tension artérielle ;
  • une meilleure résistance de leur système immunitaire ;
  • une plus grande tendance à faire du sport et à entretenir leur santé ;
  • une diminution des douleurs chroniques chez les personnes qui en souffrent» (A. Harben, ibid.).

«Dire merci, c’est sécréter de la dopamine, l’hormone du plaisir qui fait beaucoup de bien» (https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/les-bienfaits-insoupconnés-de-la-gratitude-pour-la-sante-7791571920).

Selon la psychologie positive, le trait par excellence des gens heureux est la gratitude (Wood, A.M., Journal of Research in Personality, Vol 42, No 4, août 2008). Certains chercheurs se demandent s’il y a une distinction entre le sentiment de gratitude et le sentiment de bonheur (Shankland, R. Revue québécoise de psychologie, 2014).

La gratitude contribue au bien-être mental (Watkins, P.C. Social Behavior and Personality : an international journal, Vol 31, No 5, 2003). Les personnes reconnaissantes ont plus d’émotions positives et sont davantage satisfaites de leur vie (https://psycnet.apa.org/buy/2001-05824-010). Elles sont moins sujettes à l’anxiété et à la dépression (McCullough, M.E., Journal of Personality and Social Psychology, 82 (1) : 112-27).

Une technique a largement fait ses preuves : le journal de gratitude. «Cette méthode consiste à noter – chaque semaine – dans un journal les personnes, les entités ou les instants envers lesquels nous éprouvons de la reconnaissance» (A. Harben, ibid.). Une fois par semaine, il s’agit de retranscrire ce sentiment, en vivant un moment de paix et de plaisir.

Billet # 275

J'aime et je partage ce billet sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *