Les marches d’exercice

Les marches d’exercice

Selon la Fédération québécoise de la marche, les marches se classifient en marches d’exercice, avec brevets (Audax, Dynamique et Volksmarche) et marches-loisirs (promenade, randonnée pédestre, en montagne et longue). Voici la description des cinq marches d’exercice :

  • «La marche santé se fait à une vitesse se situant entre 4 et 5 km/h, soit la vitesse à laquelle monsieur et madame Tout-le-monde se rendent au travail ou au dépanneur.
  • La marche rythmée est habituellement pratiquée à une vitesse de 5 à 6 km/h. Elle est marquée par une augmentation de la fréquence cardiaque et de la sudation, de même que par un léger essoufflement , sans toutefois affecter la conversation.
  • La marche rapide s’effectue à une vitesse supérieure à 6 km/h. Les mouvements du corps sont très énergiques, et le travail aérobique peut être très exigeant.
  • La marche nordique est une technique d’entraînement finlandaise qui active les muscles du haut du corps par l’utilisation de bâtons ergonomiques. Une marche dynamique accessible à tous et praticable 4 saisons, sur différentes surfaces (asphalte, sentier, sable).
  • La marche athlétique, ou marche olympique, peut atteindre les 15 km/h. Considérée comme marche de compétition, elle requiert une technique particulière» (avieforme.ca > classification).

La marche est bénéfique pour notre santé physique, mentale et sociale. La recommandation aux adultes de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est de faire une activité physique d’intensité modérée 150 minutes par semaine. La marche ne coûte pas cher en équipement et peut se pratiquer à tout âge.

Le Centre de recherche biomédicale de Leicester en Angleterre a suivi pendant dix ans plus de 474 000 personnes au Royaume-Uni. Les participants avaient en moyenne 58.2 ans et leur indice de masse corporelle (IMC) était de 26.7 (Mayo Clinic Proceedings, mai 2019).

«Résultats : les personnes qui avaient un rythme plus rapide étaient aussi celles qui vivaient plus longtemps, quel que soit leur IMC : leur espérance de vie était comprise entre 86.7 [ans] et 87.8 pour les femmes, et entre 85.2 ans et 86.8 ans pour les hommes. Ce sont les personnes maigres, avec un IMC inférieur à 20, et qui marchaient le plus lentement, qui présentaient la plus faible espérance de vie : 64.8 ans pour les hommes et 72.4 ans pour les femmes, soit 15 ans de moins que les personnes qui marchaient vite !» (Marie-Céline Ray, www.lanutrition.fr, 20 mai 2019).

Tom Yates, chercheur et professeur à l’université de Leicester, affirme : «Nos résultats suggèrent que la forme physique est peut-être un meilleur indicateur de l’espérance de vie que l’indice de masse corporelle (IMC), et qu’encourager les gens à marcher rapidement peut ajouter des années à leur vie» (Marie-Céline Ray).

Réfléchissons, méditons, partageons la santecorazon.quebec.

Billet # 199

J'aime et je partage ce billet sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *