Nos carences : vitamines D3 et K2

vitamines D3

Pour la très grande majorité des québécois, nous sommes déficients en vitamines D et K. Pour la vitamine D, sept mois par année notre exposition au soleil est insuffisante. Pour la vitamine K, notre alimentation n’en contient pas assez. Les suppléments sont donc essentiels pour notre santé et pour nous éviter de nombreuses affections.

La vitamine D influence plus de 200 gènes ce qui explique son importance pour prévenir de nombreuses maladies. Elle stimule l’absorption du calcium et sa fixation dans les os. Elle prévient le rachitisme, l’ostéomalacie (décalcification osseuse) et l’ostéoporose.

Le risque de sclérose en plaques est augmenté avec un taux sanguin faible de vitamine D. La même chose survient chez la femme avec le risque de cancer du sein, le risque de rechute et chez l’homme le risque de cancer de la prostate.

La vitamine D est neuroprotectrice et protège contre la survenue d’affection neurologique. Elle protège aussi d’un déclin cognitif rapide. Un taux sanguin bas est corrélé avec des maux de tête, des douleurs chroniques et chez les diabétiques avec l’intensité des douleurs neuropathiques.

Elle a une action directe sur la force musculaire. Chez une personne âgée, un supplément réduit le risque de chute. Elle aide dans le cas de risque de dépression et en plus des traitements classiques de la dépression. Elle prévient les crises d’asthme et la puberté précoce. Elle a un impact sur l’hypertension artérielle et plus spécifiquement la tension systolique (le chiffre du haut).

Elle active l’immunité pour éviter les rhumes et la grippe et en diminuer la durée. En automne-hiver, elle diminue le risque respiratoire. Elle agit contre la covid-19. En effet, l’Indonésie, le 4ième pays le plus populeux au monde, a été peu frappé par la covid-19. P. Raharusuna a publié une étude le 30 avril 2020 notant que sur 267 millions d’habitants il y a eu 14 749 cas de covid-19 et 0,375 décès pour 100 000 habitants.. Dans le groupe étudié, 99 % des personnes qui étaient carencées en vitamine D sont décédées.

La vitamine D diminue le risque d’attrapper la Covid-19. Si c’est le cas, les symptômes sont légers et le risque d’emballement immunitaire (tempête inflammatoire) est fortement diminué.

L’étude PREVEND (Prevention of Renal and Vascular ENd-stage Disease) a suivi près de 4 800 personnes des Pays-bas, âgées entre 40 et 64 ans, pendant en moyenne, 14,2 ans sur une période de 21 ans. De tous les participants, 13 % sont décédés, dont 21 % d’une maladie cardiovasculaire. Parmi les 4 800 candidats, 20 % étaient déficients en vitamines D et K. Leur risque de mortalité cardiovasculaire était plus élevé de 42 % et leur risque de mortalité toutes causes confondues était augmenté de 46 % (European Journal of Nutrition, 17 août 2020).

Le déficit en vitamine D (santecorazon.quebec > blogue > recherche : La bénéfique vitamine D) est bien connu, en particulier en hiver, chez les personnes âgées et les femmes ménopausées. Celui de la vitamine K2 l’est beaucoup moins.

Billet # 272

J'aime et je partage ce billet sur

2 réflexions sur « Nos carences : vitamines D3 et K2 »

  1. Bonjour M. Serge !
    Comment allez vous?
    Je n’ai que de bon mot à votre égard …
    J’ai toujours aimer vous côtoyé avec mes enfants maintenant devenus grands.

    Le but du message :si vous faites de petite conférence ou rencontre j’aimerais bien y participer.

    Au plaisir ! Passez un beau temps des fêtes different dont ont se souviendra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *