La constipation

La constipation

Nous avons tous été aux prises avec la constipation dans nos vies. Ce peut être occasionnel ou chronique ( depuis six mois ou plus). Elle se définit comme un retard ou une difficulté à évacuer les selles.

«Lors de la digestion, les intestins se contractent pour faire avancer les aliments dans le tube digestif. Ce phénomène de contraction est appelé le péristaltisme. En cas de constipation, le péristaltisme est ralenti et les selles restent trop longtemps dans le côlon. Dans la grande majorité des cas, aucune cause organique n’est retrouvée et la constipation est dite fonctionnelle» (passeportsante.net).

Lorsqu’elle est organique la cause peut être un problème métabolique (diabète, hypothyroïdie), une maladie neurologique (paraplégie, maladie de Parkinson), un mégacôlon, un cancer du côlon ou du rectum ou encore secondaire à la douleur (fissure anale, hémorroïdes).

Elle peut avoir pour origine des médicaments comme les antihistaminiques, les analgésiques, les anxiolytiques, les neuroleptiques, les antispasmodiques, les bronchodilatateurs, les opiacés ou les médicaments dans la chimiothérapie.

Elle peut résulter de situations particulières comme le changement d’alimentation en voyage ou le malaise d’aller à la selle à l’extérieur de son domicile.

Les laxatifs sont multiples et peuvent être temporairement employés en situation d’urgence. Cependant Ils ne règlent pas le problème à long terme. Les laxatifs osmotiques (lactulose) augmentent la quantité d’eau dans les selles. Les mucilages (psyllium, Métamucil) font gonfler la quantité de selles. Les laxatifs émolients (huile de paraffine, Lansoyl) graissent les selles pour un transit meilleur. Les laxatifs irritants (Dulcolax) font contracter le gros intestin.

Régler à long terme la constipation passe par l’hygiène de vie. D’abord en changeant l’alimentation. Celle-ci doit être riche en fibres (fruits, légumes, légumineuses, pains complets, céréales complètes). L’avocat, les dattes, les graines de lin, le topinambour sont utiles. Les pommes crues, les prunes, les pruneaux et le jus de pruneau sont efficaces. Et il ne faut pas oublier de boire beaucoup d’eau.

L’activité physique comme la marche à pied, la course ou d’autres sports est essentielle pour stimuler le péristaltisme. Le massage du ventre dans le sens horaire aide aussi les aliments à progresser dans l’intestin. Et rire stimule pareillement.

Enfin, l’équilibre émotionnel est particulièrement important. «Tripes est l’anagramme d’esprit (les deux mots s’écrivent avec les mêmes lettres). Une personne angoissée aura une boule dans le ventre, et ce n’est pas une simple formule littéraire. C’est une réalité. Celui qui n’est pas dans son assiette, parce qu’un événement lui est resté sur l’estomac, voire en travers de la gorge, n’a pas réussi à digérer ce qui lui était arrivé, et depuis se fait de la bile et se passe la rate au court-bouillon (se fait du mauvais sang)» (Jean-Marc Dupuis, sante-nature-innovation, 19 février 2019).

En passant, la peur de la constipation se nomme apopathodiaphulatophobie. Réfléchissons, méditons, partageons la santecorazon.quebec.

Billet # 186

J'aime et je partage ce billet sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *